information critique contre l'islam conquerant supremaciste le terrorisme
Anti Sionisme

2007 : Année décisive pour le plan d’attaque des israéliens et des néocons contre l’Iran

Mantra sioniste d’attaque nucléaire contre l’Iran : les sionistes et leurs proxis néocons à Washington passent à la vitesse supérieure. Propagande anti Iran, chantage à un deuxième holocauste, tout est bon pour les sionistes et leur folle course vers un nouvel Hiroshima. Qui va désarmer l’état sioniste ? Il y a extrême urgence.



Semeur Sioniste de Mort Nucléaire
Semeur Sioniste de Mort Nucléaire

2007 : Année décisive pour le plan d’attaque des israéliens et des néocons contre l’Iran

Pour démarrer la nouvelle année, et créer l’état d’esprit politique nécessaire, les israéliens passe à la vitesse supérieure en ce qui concerne leur mantra d’attaque sur l’Iran.

« Comme une attaque américaine est essentielle pour notre existence, nous devons aider en cela et faire du lobbying auprès du parti démocrate (qui se conduit lui-même de façon insensée) et des éditeurs de journaux américains » a déclaré le brigadier général israélien Oded Tira « Nous devons faire cela pour transformer le problème iranien en une affaire bipartisane séparée de l’échec en Irak. »

Vu sous un angle sadique, c’est rafraîchissant, car nul besoin d’interprétation dans ce qui est dit ici. Premièrement, Tira un ancien officier en charge de l’artillerie dans l’armée israélienne, va droit au but, il ne nous assomme pas avec le type de banalité murmurée par un Benyamin Netanyahu ou Ehud Olmert. Selon ce raisonnement, pour qu’Israël existe il est exigé des Etats-Unis d’attaquer l’Iran et de démarrer la troisième guerre mondiale, ou comme les néocons l’appelle, la quatrième guerre mondiale (la 3ème ayant été pour eux la guerre froide ndlt). Bien sûr, par « existence » l’ancien officier de l’armée israélienne veut dire qu’Israël doit continuer l’occupation illégale de la terre palestinienne, continuer de massacrer et de torturer le peuple palestinien, et se mêler des affaires domestiques de ses voisins arabes.

Je crois cependant que le premier objectif n’est pas nécessaire car de bien des façons les démocrates sont plus pro israel que les républicains, si c’est possible de l’être. Tuer un grand nombre de musulmans – 650 000 selon certaines estimations seulement en Irak alors que l’année vient de se terminer – c’est effectivement une affaire bi partisane. Hillary Clinton, et Barak Obama (deux candidats à la candidature démocrate pour les présidentielles US de 2008 ndlt), ont tous deux appelé à envahir l’Iran bien qu’ils aient débiné l’occupation de l’Irak au nom d’une politique opportuniste. Mais le probable futur candidat démocrate, John Edwards, est encore plus pro sioniste que Clinton et Obama.

« Edwards a été l’un des plus grand et plus fidèle supporter d’Israël au Sénat américain, et comme président, il travaillera dans la tradition des présidents démocrates comme Harry Truman, John Kennedy et Bill Clinton, à renforcer la relation spéciale entre les Etats-Unis et Israël, et le peuple juif. Il travaillera sans relâche pour renforcer les liens économiques et politiques avec Israël – la seule démocratie dans la région – et s’assurera que les Etats-Unis font le nécessaire pour assurer la sécurité d’Israël, y compris par une aide économique et militaire » selon l’American Israeli Cooperative Enterprise ( Entreprise de coopération Amérique Israël) cataloguée comme une organisation « non partisane » établie pour «renforcer la relation US-Israel, en mettant l’accent sur les points fondamentaux de cette alliance », c'est-à-dire disséminer de la propagande à travers la «Librairie Virtuelle Juive», une encyclopédie en ligne tentaculaire.

Plus spécialement, en ce qui concerne l’Iran, Edwards a dit au cours d’un « débat » pour une sélection pour la vice présidence en 2004 : « C’est important pour les Etats-Unis de se confronter à la situation en Iran car l’Iran est une énorme menace pour Israël et le peuple israélien. » Non pas le peuple américain, notez bien, mais le peuple israélien. Comme président, Edwards mettrait en avant la bannière d’Israël, et ferait le nécessaire pour enflammer l’Iran – non pas qu’il aura beaucoup à faire pour cela car les néocons sur le départ le feront pour lui, probablement plus tôt que plus tard.

Mr Tira, propose un choix de plusieurs suggestions sur le meilleur moyen de commencer la quatrième guerre mondiale et finalement détruire les Etats-Unis. « En ce qui nous concerne, nous devons nous préparer à une attaque militaire indépendante en coordonnant des vols aériens dans l’espace irakien avec les US. Nous devrions aussi coordonner l’utilisation de bases aériennes sur son territoire avec l’Azerbaïdjan et aussi nous assurer du soutien de la minorité azerie en Iran. En plus, nous devons immédiatement nous préparer à une réponse iranienne à une attaque. »

En plus de l’utilisation lucrative du pipeline Baku-Tbilisi-Ceylan, et de billions de revenus en pétrole et en gaz, les israéliens sont intéressés par l’utilisation de l’Azerbaïdjan comme plateforme aérienne pour une attaque future. Selon Seymour Hersh et Scott Ritter, le Mossad israélien est très occupé à organiser des cellules clandestines à l’intérieur de l’Iran, «composées de commandos spécialement entraînés pour entrer en Iran déguisés comme paysans locaux », selon Hersh. Dans un interview publié par aljazeera, Ritter affirme que «le Mossad travaille avec la population azérie » pour saper la souveraineté iranienne.

L’alliance stratégique israélo azérie ne devrait pas être sous estimée – les azéris sont le deuxième groupe ethnique le plus important en Iran. « Human Rights Watch rapporte qu’il y a entre 15 et 20 millions d’azéris en Iran, et qu’ils habitent une région stratégiquement importante et prospère, au nord ouest de l’Iran, assez proche de Téhéran. » selon Nick Grace C.

Selon Glenn Haucer qui surveille les émissions radio sur ondes courtes, la Voix du Sud Azerbaïdjan est une opération israélienne. Wolfgang Bueschel, une autre personne surveillant les ondes courtes a dit à IPS de Baku en octobre 1992, que le spécialiste israélien (sic) des services secrets David Kimche et …Richard Secord qui a été impliqué dans l’affaire Iran-Contra, avaient visité l’Azerbaïdjan et présenté une délégation israélienne de personnel des services secrets. Mr Culuzadeh a participé à une visite en retour en Israël et conduit une délégation des services secrets d’Azerbaïdjan / Uzbek/Kazakh.

Mais le simple fait d’inciter la population azérie ne suffira pas, sans la participation des Etats-Unis, une fois de plus prêt à mettre au service de la cause israélienne sa puissante, mais de plus en plus impotente armée. En se référant à l’urgence des demandes extraordinaires du général Tira, c’est immédiatement apparent qu’il a été choqué par le tour pris par les évènements politiques aux US. Depuis, il a appris de sources officielles US que l’attaque prévue depuis longtemps contre l’Iran a été classée à cause de changements tectoniques dans la politique américaine » écrit Michael Carmichael.

En bref, les israéliens ne sont pas prêt à attendre un revirement politique américain, surtout depuis que les démocrates décidemment pro israéliens prennent le contrôle du Congres. Israël a demandé aux US d’envahir l’Iran depuis quelques années déjà et ils s’agitent de plus en plus de voir la lenteur d’une action dans cette direction, une action néanmoins promise avant que Bush ne quitte la Maison Blanche.

Même si Mr Camichael pense que le plan d’attaque de l’Iran par les néocons est sur le déclin, les principaux supporters de ce plan restent attachés à la cause. Par exemple, Binyamin Netanyahu.

Dans une chronique publiée dans le Jérusalem Post, un journal infesté de néocons, Netanyahu déclare que « on peut encore stopper l’Iran « et que les israéliens « doivent faire comprendre au gouvernement, au Congres et au public américain qu’un Iran nucléaire est une menace pour les US et pour le monde entier, non seulement pour Israël. »

En d’autres termes, concernant le nouveau Congres à majorité démocrate, il doit y avoir « une campagne de relations publiques intense, internationale, se focalisant d’abord et avant tout sur les US… Le temps est venu pour le gouvernement israélien de placer notre existence comme la priorité des priorités. S’il le fait, je garantis que moi-même et les membres de mon parti lui fourniront un total soutien en préparation de la menace iranienne, comme nous l’avons fait pour la guerre du Liban «. Peu importe que cette « guerre » se soit mal passé pour Israël, qui a pris une claque face à la réalité d’un Hezbollah bien entraîné et bien armé.

S’il y a invasion de l’Iran, la résistance du Hezbollah sera vue comme une simple répétition informelle, en comparaison.

Comme on voit maintenant, 2007 sera l’année décisive pour l’attaque prévue depuis longtemps par Israël de l’Iran, grâce à une propagande sans fin et une ignorance exploitable du public américain. « L’Administration Bush, avec l’aide du gouvernement israélien et du Lobby pro Israël, a réussi à exploiter l’ignorance du peuple américain concernant la technologie nucléaire et les armes nucléaires », écrit Scott Ritter. « S’il y a une guerre américaine contre l’Iran, c’est une guerre fabriquée en Israël et nulle part ailleurs. »

En plus de l’influence de l’AIPAC, et le travail acharné des néocons, ces derniers bénéficiant d’un forum électronique grâce à l’industrie des médias et du démarchage de l’ancien Congres pour obtenir un soutien facile, il y a également « l’héritage » de Bush à prendre en considération.

« Bush ne peut pas s’arrêter maintenant » écrit Scott Horton. « Il considère que son héritage disgracieux aux US et à toute l’humanité peut être retardé voire même d’une certaine façon inversé, s’il peut avoir un peu plus de temps ». Du temps pour quoi ? Serait-il possible que Bush ait l’intention de mener à bien la totalité du programme néo conservateur au Moyen Orient, complété par de nouveaux changements de régimes ? Peut être que la question est de savoir si Israël lancera une guerre contre la Syrie offrant une porte arrière aux US pour une extension de la guerre à l’Iran, ou est ce que les US simuleront simplement une autre provocation type Golfe du Tonkin dans l’Océan Indien et attaqueront ensuite la Syrie ? … Robert Parry rapporte que Bush, Blair et Olmert sont déjà entrain de préparer plus de guerre pour la nouvelle année. "Les iraniens semblent avoir attendu trop longtemps pour agir. S’ils s’étaient retiré du TNP et avait commencé à recueillir du plutonium de la même façon que la Corée du Nord l’a fait, au lieu de jeter au contrôle de l’ONU leurs livres grands ouverts et d’avoir essayé de s’en accommoder, ils auraient maintenant une force de dissuasion nucléaire."

Dissuasion ou pas, Israël ne s’en sortira pas comme cela d’une attaque, même si beaucoup d’iraniens mourront. Ce sont Israël et les US qui finalement souffriront, ou plutôt les peuples de ces pays. Si Israël réussit à pousser les US à attaquer, les conséquences économiques seules mettront fin aux aspirations de la Pax Americana, et cela voudra dire aussi un désastre pour Israël car il ne peut pas espérer exister sous sa présente forme si les financements de sa mère nourricière, des billions chaque année, s’évaporent brusquement.

Kurt Nimmo 2 janvier 2007

Source et copyright Global Research ca

Introduction et traduction bénévole Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org


Le cas contre l'Iran, l'element clé manquant : la preuve

Supplement d’ Informations

Simple coincidence?

Lors de sa dernière visite aux Etats Unis en fin d’année dernière, le premier ministre israélien Ehud Olmert a offert au président américain George W. Bush un livre du journaliste israélien Shlomo Nakdimon intitulé « First Strike « (première frappe) relatant le bombardement mené par l’aviation israélienne contre le centre nucléaire irakien d’Ozirak en 1986 ( en hébreu le livre s’intitule : Tammuz en Feu, Tammuz étant le nom du centre, nom d’une déesse babylonienne nommée dans Ezekiel 8 :14). Dans ce livre, Nakdimon documente la façon dont l’aviation israélienne a attaqué le réacteur d’Ozirak, mais aussi les négociations menées entre les israéliens et les américains concernant ce bombardement, et notamment la confirmation donnée par Washington concernant des informations secrètes présentées par les renseignements israéliens. (Source israeltoday)

Chantage sioniste à une menace fictive de deuxième Holocauste

Lors de sa dernière visite au US et sa rencontre avec Bush, Ehud Olmert a insisté sur le fait que de développer des négociations avec l’Iran comme le proposait le rapport du Groupe d’Etude sur l’Irak de Gates, Baker et Cie serait du même type que les discussions menées avec Hitler avant la deuxième guerre mondiale pour l’apaiser, et que de mettre la pression sur Israël pour résoudre le conflit israélo palestinien pour gagner le coeur des arabes et des musulmans s’était préparer un autre Munich.

Lors d’une rencontre avec un groupe de supporters américains juifs à Los Angeles, Olmert leur a dit : « Nous avons atteint le moment crucial de vérité en ce qui concerne l’Iran… Notre intégrité restera intacte seulement si nous empêchons l’Iran d’atteindre ses objectifs, et non pas si nous essayons et échouons. »

Michael Oren, un historien lié à la boîte à idées Shalem, qui fait la promotion de l’agenda du Likoud israélien, a écrit dans le Wall Street Journal qu’Olmert était venu à Washington pour «chercher un feu vert » de Bush pour lancer une attaque préventive contre l’Iran. Selon Oren, Olmert a découvert que « embourbé en Irak et au plus bas politiquement aux US » Bush était incapable de se lancer dans une attaque unilatérale contre l’Iran ou même de soutenir une telle attaque par Israël. C’était, selon Oren, des « mauvaises nouvelles » pour Olmert qui avait « espéré obtenir un agenda particulièrement rigoureux et rapide pour l’interdiction du programme nucléaire iranien d’abord par la diplomatie et si cela échouait par la force ». Mais Oren a conclu en disant que néanmoins « si le feu n’était pas vert, il n’était pas non plus rouge vif. »

Plan d’attaque nucléaire israélienne sur l’Iran – Une « fuite » dans le Magazine Sunday Times du 7/01/07.

Selon ce magazine Israël aurait préparés des plans secrets pour attaquer les installations nucléaires civiles iraniennes (Natanz, Isfahan et Arak) en bombardant d’abord avec des bombes bunker busters puis des mini bombes nucléaires équivalent à 1/5 de la bombe d’Hiroshima. Des pilotes israéliens sont entraînés à ce genre d’opérations et des vols d’entraînements longue distance sans réapprovisionnement ont eu lieu au dessus de la méditerranée jusqu’à Gibraltar. Trois routes possibles sont envisagées : survol de la Turquie, ou l’armée de l’air israélienne mène régulièrement des exercices d’entraînements, survol de l’Irak via la Jordanie, nécessitant un feu vert d’Amman et américain, ou bien utilisation des bases en Azerbaijan (seule la piste Turque est évoquée par le Sunday Times).

Selon ce magazine qui rapporte cette « fuite « , l’objectif de celle-ci pourrait être soit de mettre la pression sur Téhéran pour qu’il suspende son programme d’enrichissement, soit cajoler les US pour qu’ils emploient la force contre Téhéran, soit pour préparer l’opinion mondiale à une telle attaque nucléaire. Cette dernière hypothèse est complémentaire de toutes les campagnes de propagande menées par les sionistes et leurs agents d’influence à l’étranger : campagne de diabolisation de l’Iran et de son président, agitation du spectre de l’holocauste dans la vieille Europe « éternelle coupable », accusation d’anti sémitisme aux US et en Europe contre quiconque critique le régime sioniste, mais aussi soutien à une campagne islamophobe antimusulmane en Europe et notamment en France (le CRIF n’a –t-il pas récemment soutenu le papier abject raciste de Redeker). Et enfin, comble du cynisme et de la manipulation, accusation contre quiconque fait une analyse sérieuse prospective de ce qui risque de se passer, de soutenir une théorie du complot avec en prime une comparaison avec l’infâme « Protocole des Sages de Sion » qui, décidemment, sert beaucoup les sionistes.

Des scientifiques ont calculé que même si les retombées radioactives seraient moins importantes du fait que les explosions seraient souterraines, il n’en reste pas moins que des tonnes d’uranium radioactif seraient dispersés dans l’atmosphère, avec les conséquences radioactives mortelles qu'on connaît.

Plusieurs « fuites » ont eu lieu récemment concernant le nucléaire militaire israélien : d’abord Gates le nouveau secrétaire à la défense américain qui a ouvertement mentionné les armes nucléaires israéliennes, puis le premier ministre sioniste Olmert en visite en Allemagne, bien que les israéliens se soient empressés de démentir. D’autre part, rappelons que des tests sont en cours actuellement pour prouver qu’Israël aurait utilisé des armes à l’uranium enrichi lors de bombardements sur le Liban l’été dernier, notamment au sud à Khiam. Selon les premiers résultats, il semblerait que l’armée israélienne ait utilisée un nouveau type expérimental de bombe à l’uranium enrichi (mini bombe nucléaire fabriquée aux US ou en Israël même ?)

Bush se confie à Chirac – Ceci peut expliquer Cela

Lors d’une rencontre informelle entre Bush et Chirac, en marge d’une rencontre internationale, Bush aurait confié à Chirac qu’il ne fallait pas écarté une possibilité de frappe d’Israël contre les installations nucléaires de l’Iran et que si une telle attaque avait lieu il «la comprendrait». Ce n’était pas la première fois que le président américain suggérait qu’il ne mettrait pas son veto à une attaque israélienne contre des installations nucléaires iraniennes. Le ton « compréhensif » de la remarque faite par Bush implique que l’Administration ne condamnerait pas une telle attaque. (Source journal israélien haaretz). Chirac, qui n’a toujours pas dit s’il se représenterait ou non aux prochaines élections présidentielles, compte –t-il sur ses « amis sionistes de Tel Aviv » pour déclencher une guerre nucléaire sous peu, qui aurait des conséquences dramatiques pour tous, et ici même notamment, en obligeant à déclarer l’état d’urgence et à repousser les élections présidentielles et législatives ?

Le camp anti guerre (en supposant qu’il existe encore) reste bien silencieux face à des menaces d’une guerre nucléaire déclenchée par l’état sioniste. La campagne visant à faire taire toute critique de l’état sioniste menée par les agents d’influence des sionistes ici même dans les médias et la sphère politique aurait –elle porté ses fruits ?

L’état sioniste, son armement nucléaire, ses actions et intentions belliqueuses constituent une menace immédiate pour la paix et la sécuritaire planétaire.

Exigeons une mise sous contrôle immédiat du nucléaire israélien par l’AIEA et son démantèlement pour que le Moyen Orient, déjà embrasé, ne devienne pas l’épicentre d’une catastrophe nucléaire mondiale.

Assez de tergiversations, Assez de soumission au dictat et au chantage sionistes!

Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

Le cas contre l'Iran, l'élèment manquant: la preuve





Dimanche 7 Janvier 2007
Mireille Delamarre

Dans la même rubrique :
1 2 3

Mossad Cia et Cie | Boycott Israel | Collaborateurs Des Sionistes | Anti Sionisme | Collaboration Au Sionisme Archives